ARCHIVE du patrimoine immatériel de NAVARRE

Aicirits

aiciritsescudo.jpg
  • Nom officiel:
    Aïcirits-Camou-Suhast
  • Autres noms:
    Aiziritze-Gamue-Zohazti
  • Localité type:
    Municipio simple
  • Recensement:
    670 (2013)
  • Extension:
    9.00 km2
  • Altitude:
    60 m.
  • Pamplona (distance):
    121.00 Km
  • Officiel données de la localité:
    Mairie Bourg 64120 AICIRITS CAMOU SUHAST http://www.aiciritscamousuhast.fr/ Communauté des communes d’Amikuze


Pages

Euskera et français.

Le village est arrosé par la rivière de la Bidouze et il est entouré des villages de Arbouet-Sussaute (Arboti-Zohota) au Nord-Est, Gabat au Nord-Ouest, Aberats- Sillègue (Arberatze-Zilhekoa) à l’Est, Amendeuix-Oneix (Amendüze-Unaso) à l’ouest et Béhasque-Lapiste (Behaskane-Laphizketa) et Saint-Palais (Donapaleu) au sud.

Les rives de la rivière de la Bidouze.

Le château de Camou fut construit au XIe siècle, il s’agissait d’un castrum en bois situé à la frontière entre le Nord Este de la Basse-Navarre et le Béarn. Il était le dernier des huit castrum qui se trouvaient tout au long de cette limite.

Son histoire fut agitée, ses seigneurs étaient alliés tantôt avec le Royaume de France, tantôt avec de Royaume de Navarre. Le château a été construit en pierres au XIVe siècle, il faisait partie d’un ensemble château-ferme-chapelle.

Les paysans étaient ses métayers et le curé était nommé par le seigneur. Plus tard, le château subira de nombreuses destructions, et servit de grenier. Le village de Suhast s’unit aux villages de Camou et Aicirits le 22 mars 1842.

Le château et les églises de Camou ( XIIe siècle), d’ Aïcirits (XIX s.) et de Suhast. Stèles discoïdales de grande valeur, un ancien lavoir-abreuvoir, un moulin, le fronton d’Aïcirits.

L’ancienne gare et le chemin de fer, et de nombreux mobiliers agraires anciens.

Créations artisanales en ébénisterie :

http://www.ebenisterie-sorhondo.com/

 

Office de tourisme de Saint-Palais, http://www.saintpalais-tourisme.com/

Amikuze, Le Pays de Mixe, Editions Izpegi, Baigorri, 1992.